Lancement de vidéos de témoignages : la parole est aux « malfaiteur-e-s » !

Nous relayons ici ce message diffusé sur certaines listes autour de la lutte à Bure et appelons à le faire tourner et le mettre sur d’autres sites !

Une chaîne Youtube se lance, pour diffuser la parole des inculpé-e-s, et de tous-tes celles et ceux qui refusent d’être les prochain-e-s, rendez-vous ICI !

Depuis septembre 2017, la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure a connu une vingtaine de perquisitions, près de 50 procès, des dizaines de mois de sursis et de prison ferme, près de 30 interdictions de territoire… L’intensité des mobilisations et de la répression de la lutte ont mis Bure sous le feu des projecteurs.

Ce 14 novembre, en cour de cassation, 7 personnes demandaient la levée du contrôle judiciaire auquel elles sont soumises depuis leur mise en examen, en juin dernier, pour « association de malfaiteurs ». Interdites d’entrer en contact entre elles et interdites de territoire de plusieurs communes meusiennes et parfois jusqu’aux département de Meuse et Haute-Marne tout entier, leurs déplacements et leur engagement relèvent d’un véritable casse-tête.

Au lendemain de cette audience le journal Libération, ayant eu un accès direct au dossier, dévoilait la débauche de moyens liberticides déployés par le gouvernement pour criminaliser cette lutte. Ecoutes, géolocalisation, balisages, utilisation d’un Imsi-catcher pour intercepter les données de communication de tous les téléphones portables présents alentour, perquisitions, expertises ADN et interrogatoires, etc. Soit 10000 pages de dossier, de procédures où les moyens hérités de l’antiterrorisme et la répression du grand banditisme s’appliquent de façon inédite au militantisme politique. Tout ça pour … pas grand chose, l’instruction peinant à faire les preuves de ce qu’elle prétend poursuivre.

Nous avons toujours préféré ne pas personnaliser cette lutte collective aux visages multiples. Mais parce que la répression de cette lutte passe par le fichage, l’individualisation des responsabilités et conduit à l’isolement judiciaire, la criminalisation de tout.e.s celles et ceux qui y prennent part, de quelque manière que ce soit, nous avons décidé de témoigner, de mettre des visages sur ce qu’on nous inflige en tant qu’individus, pour nous atteindre et nous museler en tant que collectifs, associations : en tant que lutte.

Il ne s’agit surtout pas de faire de celles et ceux qui luttent des
héros ou des martyrs. Il s’agit d’éclairer cette résistance en rappelant qu’elle n’est pas faite que de mots et de procédures judiciaires, mais de chair et de coeur, de vies humaines, de désirs de construire un monde plus juste et solidaire que celui qui nous est imposé par le lobby nucléaire.

Nous voulons expliquer à chacun-e pourquoi nous luttons et ce à quoi cette lutte nous expose. Les personnes qui témoignent ont choisi et choisissent encore de s’exposer parce qu’elles pensent que d’autres, qui ne se sentent peut-être pas encore menacé-e-s, risquent de vivre demain ce qu’elles vivent aujourd’hui.

Mais aussi parce que nous pensons tout.e.s que ce qui nous a motivé.e.s à nous engager dans cette lutte, et la diversité des expériences qu’elle suscite, peuvent inspirer d’autres personnes. Témoigner, c’est une manière de se relier alors qu’il est interdit à 10 personnes, ami.e.s, de se rencontrer et de communiquer, peut-être pour plusieurs années alors qu’elles ont lutté plusieurs années côte à côte ; c’est agir collectivement alors qu’on veut nous en empêcher; c’est sortir de l’état de sidération dans lequel les perquisitions, les interrogatoires et la surveillance permanente visent à nous plonger ; c’est compléter le récit lacunaire de nos vies dressé par ceux qui nous épient ; c’est aussi, nous l’espérons, le moyen d’entretenir le feu de cette lutte, et de la faire grandir, en y ralliant encore davantage de personnes, et la nourrissant de ces nouvelles énergies.

Pour envoyer des jolis mots de soutien, textes, poèmes, chansons et autres propositions et encouragements aux personnes mises en examen, écrivez à l’adresse : soutienmalfaiteuses@riseup.net

POUR EN SAVOIR PLUS :

Chansons, poèmes et contes pour animer de beaux bals !

« Le gouvernement coud nos vies dans un canevas judiciaire qu’il nomme : association de malfaiteurs. Malfaiteur-euse-s que nous sommes reprenons les fils de nos histoires et tissons nos récits… »

L’opération massive de criminalisation, de répression et d’asphyxie judiciaire qui s’abat sur la lutte à Bure depuis plus d’un an vise à nous rendre mutiques, à nous prostrer et ôter la possibilité même de faire du sens sur la situation. Atomes, atones, aphones.

Les premiers bals qui s’annoncent seront une belle occasion de retrouver des voix, se faire échos et reprendre du souffle ! N’hésitez pas à partager toutes vos chansons, affichettes, textes, contes pour que chaque fête, qu’elle soit bal ou guinguette, techno ou musette, puisse s’en inspirer !

Adresse : baldesmalfaiteurspartout at riseup.net

On partage ici les contributions et les suggestions de chansons, poèmes, contes que l’on reçoit ! Continue reading Chansons, poèmes et contes pour animer de beaux bals !

Rejoignons l’agenda des Bals des Malfaiteur-e-s !

Chic, chic ! Les préparatifs commencent pour faire du 10 novembre une première entrée dans la danse, une belle fête partout en France et ailleurs pour sortir de l’atomisation et (se) reprendre la main !

N’hésitez pas à vous prêter au jeu ! Envoyez sur l’adresse baldesmalfaiteurspartout@riseup.net toutes les informations sur votre boum endiablée !

Suivez la mise à jour des rassemblements ici, mais aussi sur Facebook ! Continue reading Rejoignons l’agenda des Bals des Malfaiteur-e-s !

Bure – 10 Novembre – Appel à organiser les premiers « Bals des malfaiteur-euses » partout !

Nous avons clamé que nous ne serions pas les prochain.es à subir la répression, à Bure comme ailleurs. Il est temps maintenant pour nous de reprendre la main et de nous retrouver dans la rue. En fin de journée du 10 novembre, au cœur de l’automne d’une année cousue et décousue par l’infernal tandem macronien de la concertation et de la répression, nous proposons de faire émerger et rejoindre les premiers bals des malfaiteurs. Esquissons ensemble ce premier pas de danse, et gageons qu’il y en aura d’autres ! Continue reading Bure – 10 Novembre – Appel à organiser les premiers « Bals des malfaiteur-euses » partout !

À Bure, comme ailleurs, nous ne serons pas les prochain-e-s !

Ce texte est écrit depuis l’expérience de la lutte à Bure et de l’offensive répressive qui la mine depuis un an et demi. Là-bas on voudrait résumer et enfermer plus de deux décennies de lutte tissées de milliers de visages et de gestes différents dans une seule vaste et même association de malfaiteurs décrétée par le ministère de l’intérieur à l’été 2017. La noyer sous une immense vague de répression. Partout où nous sommes, nous refusons de continuer à subir cette situation.

Ce texte s’adresse à toutes celles et ceux qui cherchent encore comment vivre et lutter avec tout leur coeur et toutes leurs forces dans le macronisme ambiant, à toutes celles et ceux que la virulence de la répression et notre vulnérabilité lors des derniers mouvements sociaux ou lors de l’attaque sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, sur la lutte contre Cigéo à Bure, ou contre le Grand Contournement Ouest en Alsace, ont laissé.es hagard.es et désempar.ées. A toutes celles et ceux, enfin, que la répression tente de désorganiser et de faire taire, invisibiliser. Sortir de la stupeur ne se fera pas en un jour : cet appel n’est qu’un premier pas, et d’autres suivront. D’ici là nous donnons rendez-vous ici, ailleurs, partout, le 10 novembre pour faire fleurir et esquisser les premiers pas d’une multitude de « bals des malfaiteurs », à la veille d’une audience importante en Cour de Cassation. Venez nombreux-ses ! Continue reading À Bure, comme ailleurs, nous ne serons pas les prochain-e-s !